Séduction

Sites et applications de rencontre : que veulent les célibataires ?

rencontre ce que veulent les célibataires - plaire et séduire

Les sites ou applis de rencontre sont considérés comme un moyen efficace de rassemblement d’un grand nombre de célibataires, surtout chez les jeunes. Très pratique, facile et parfois sérieux, ils facilitent la rencontre et créent un lien profond et sincère chez deux personnes. Mais au fond, que recherchent les célibataires sur les applis et sites de rencontre ? Découvrez-le maintenant.

 

sites-de-rencontre-plaire-seduire

Applis et sites de rencontre : relation sérieuse ou relation passagère

Les applis et sites de rencontre ont connu une grande explosion au cours de la crise sanitaire. Notamment, elles ont fréquemment été utilisées dans l’idée de trouver une relation sérieuse. Pour autant, d’autres l’utilisent pour avoir uniquement une relation passagère, un coup d’un soir.

Selon une enquête menée par l’Institut Français d’Opinion Publique (IFOP), 35 % des femmes affirment n’avoir cherché qu’une aventure sexuelle à l’instar des hommes qui sont 67 % à l’avoir affirmé. 

Ces chiffres démontrent à quel point les femmes préfèrent avoir une vraie relation sérieuse lorsqu’elles se connectent à ces sites. Cela est d’autant plus vrai lorsque plus de la moitié des utilisateurs de ses sites, soit 53 % affirment avoir « eu un rapport sexuel avec une personne sans chercher ensuite à la revoir ». Il est donc important de savoir quoi chercher chez un partenaire.

Il est alors évident qu’entre les hommes et les femmes, il y a une différence quant à la stabilité de la relation. Quoique, tout bien considéré, les sites de rencontres seraient plutôt un outil de rapprochement de comportements sexuels entre les deux sexes.

 

Applis et sites de rencontre : une augmentation du safe sex et de l’amour platonique

La crise sanitaire aurait impacté psychologiquement les jeunes célibataires. Elle aurait augmenté et fait ressortir davantage des désirs de safe sex, c’est-à-dire le sexe plus sûr. En effet, le safe sex est un ensemble de pratiques sexuelles qui limitent considérablement les dangers de transmission d’IST et de MST. De plus, laisse-t-il un grand part aux sentiments qu’aux pratiques sexuelles. Les Français auraient opté pour cela.

En considérant la situation d’un autre point de vue, de nouvelles habitudes seraient nées chez les Français. Ainsi, en juin de l’année passée, 58 % des personnes connectées à ces sites admettaient rechercher « une personne avec qui flirter en ligne, mais sans chercher à se rencontrer en vrai ». En 2020, soit l’année surpassée, ce chiffre était estimé à 37 % en janvier. 

François Kraus, directeur du pôle « Genre, sexualités et santé sexuelle » de l’IFOP a affirmé que : « Cette étude va dans le même sens que d’autres études récentes de l’IFOP, à savoir que la crise du Covid s’est davantage accompagnée d’un besoin de sécurité affective et sexuelle que par l’envie de multiplier les conquêtes ». 

 

sites-de-rencontre-plaire-seduire-2

 

Qu’en est-il des pratiques sexuelles virtuelles ?

Les pratiques sexuelles virtuelles à l’instar du safe sex ont largement augmenté entre la mise en application du 1er confinement et sa sortie. En réalité, chez les adultes, le nombre de pratiquants est exprimé à 33 %. Soit 7 fois plus qu’avant le confinement. S’agissant des jeunes, en l’occurrence ceux de la tranche de 18 à 34 ans, ce nombre est de 52 %. Soit 8 fois plus.

Selon les enquêtes menées par l’IFOP, le sexe virtuel est en constante évolution. Parmi les nouvelles pratiques sexuelles digitales, il est noté une augmentation très indicative des échanges d’images à caractère sexuel. 

Par exemple, il y a une augmentation assez élevée des « nudes ». On y retrouve des selfies dénudés ou selfies fait à nu et des « dickpic » (photos de pénis). À ces deux précédentes pratiques sexuelles s’ajoutent les webcams déjà tendance et maintenant plus tendance.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.